Corps,  Santé naturelle

Le jeûne, thérapie naturelle pour la mémoire et la dépression

Le jeûne a de nombreuses vertus sur la santé et compte parmi les méthodes détox les plus appréciées, surtout pour perdre du poids. Pratique devenue tendance et parfois même préconisée par les stars, le jeûne aurait en effet de multiples bienfaits sur les organes tels que les intestins, le foie, le pancréas et l’estomac et permettrait notamment de retrouver forme et énergieClint Eastwood est un exemple emblématique. A 84 ans passés, cet homme hors du commun a gardé son énergie de jeunesse. Il explique notamment que l’un de ses secrets est le jeûne hydrique, qu’il pratique une fois par an. Si cette technique présente des bienfaits sur le corps et le physique, des études scientifiques ont démontré qu’elle pouvait également contribuer à améliorer les capacités du cerveau, ce qui pourrait contribuer à l’atteinte des objectifs et la réussite d’une manière générale. Bien plus, elle serait un moyen pour booster les performances de mémorisation et pour lutter contre les idées noires. Alors le jeûne, thérapie naturelle pour la mémoire et la dépression ?

Qu’est-ce que le jeûne ?

Définition du jeûne

Le jeûne est une abstinence de nourriture, volontaire ou non, pendant une période relativement longue. Lorsqu’une personne se contente de boire seulement de l’eau, on appelle cela le jeûne hydrique. Lorsqu’on s’abstient de boire, on parle alors de jeûne sec, mais cela ne doit pas durer plus d’un ou deux jours. La pratique du jeûne est tolérée par notre organisme, à condition d’être temporaire et épisodique. Il entraîne une adaptation de l’organisme qui modifie ses besoins physiologiques en puisant dans ses réserves de graisses et d’eau. Un jeûne peut être motivé par une religion (spirituel), par l’envie de perdre du poids (diététique) ou de détoxifier son corps (thérapeutique) car il serait bénéfique pour le corps et l’esprit.

Quelle durée ?

A partir de 24 heures, on peut parler de jeûne. Autrement, il s’agit de sauter un repas ou deux, mais il ne s’agit pas vraiment d’un jeûne. La durée maximale n’est pas fixe mais on évoque souvent un jeûne de 7, 21 ou 40 jours.

Les origines du jeûne

Notre rythme de vie est de manger le jour et “jeûner” la nuit. Le mot “déjeuner” (ou “breakfast” en anglais) signifie donc rompre le jeûne de la nuit. Depuis plus de 2500 ans, le jeûne a été pratique d’Orient en Occident dans toutes les grandes sociétés traditionnelles, et est souvent associé à des rites. Il revêt une certaine magie, ayant un pouvoir de purification très fort. Les peuples tibétains, indiens, égyptiens, celtes, mayas notamment l’employaient régulièrement. Cependant, ce n’est qu’à partir de 1945 que le jeûne éveille l’intérêt des scientifiques, reconnu comme bénéfique pour la santé à partir de 1980 en Russie.

Pourquoi jeûner ?

Ce qui se passe au niveau du corps

Le style de vie de nos sociétés modernes invite à l’abondance de nourriture, souvent trop riche et à un manque d’exercice physique quotidien, ce qui provoque un stockage de calories que notre corps n’arrive pas à brûler. Ce mécanisme biologique est un moyen naturel permettant d’avoir des réserves en cas de manque. Cependant, nous avons rarement besoin de déstocker nos réserves, et tant mieux d’ailleurs dans un sens car cela montre que nous ne souffrons plus de la faim dans les pays industrialisés. Mais à force de trop stocker, notre corps s’encrasse, s’asphyxie et les déchets ont du mal à évacuer, résistant ainsi à l’insuline censé réguler le taux de glucose dans le sang et rendant plus difficile le travail du coeur censé distribuer le sang partout. Ce phénomène s’appelle “syndrome métabolique” et concerne déjà entre 25 et 45% des adultes dans nos pays industrialisés.

Pour évacuer les déchets empoisonnés, le corps en rejette une partie par les urines, résultant de la filtration du sang par les poumons et par la peau mais ne parvient pas toujours à évacuer les plus grosses molécules incapables de circuler dans le sang et la lymphe. Il amasse alors tous les poisons issus de la pollution respiratoire ou digestive qu’il n’a pas pu éliminer dans les amas graisseux : pesticides, nitrates, additifs alimentaires, hormones, métaux lourds, médicaments, etc.

Les toxines s’accumulent, ce qui empêche notre corps de régénérer ses cellules de façon efficace et peut provoquer une asphyxie cellulaire, se traduisant souvent par un manque de vitalité, une vulnérabilité à la maladie, et une fatigue chronique.

Les bénéfices du jeûne sur le corps

Réintroduire une période de diète permet à l’organisme de brûler ses réserves de graisse, de renouveler ses cellules, et d’éliminer les toxines. Il suit un ordre biologique et commence par se débarrasser de tout ce qui lui pèse, puis ce dont il n’a pas besoin, puis ce qui le dérange, et enfin tout ce qui le rend malade. En puisant dans nos réserves, nous purifions notre corps de tous ses excès.

Le jeûne therapie naturelle pour la memoire et la depression

L’efficacité du jeûne intermittent

Qu’est-ce que le jeûne intermittent ?

Le jeûne intermittent (intermittent fasting en anglais) est un jeûne “à moitié”. Alors que dans le jeûne traditionnel, on cumule des journées sans manger, on va cette fois-ci alterner des périodes de jeûne avec des périodes de prises alimentaires normales au cours d’une journée de 24h. On peut alors découper sa journée selon le rythme suivant : 16h-8h. On va jeûner pendant 16h et manger dans un créneau limité de 8h. Le jeûne intermittent est une alternative au jeûne hydrique traditionnel, moins difficile à mettre en place, et présentant tout de même de multiples vertus.

En pratique

Je peux prendre mon dernier repas le soir à 20h et ne rien manger jusqu’à midi le lendemain, et répéter ce rythme chaque jour pendant une période donnée. On peut suivre d’autres rythmes comme 17h-7h, 18h-6h, 19h-5h, etc. Plus la durée du jeûne est longue, plus le jeûne intermittent sera efficace. 

Il est également possible de suivre un autre rythme. Selon le Dr. Michael Mosley, auteur du livre “The Fast Diet: Lose Weight, Stay Healthy, and Live Longer with the Simple Secret of Intermittent Fasting”, le jeûne intermittent consiste à manger normalement pendant 5 jours de la semaine, et manger un quart de votre apport habituel pendant 2 jours de la semaine (environ 600 calories pour les hommes et 500 pour les femmes). Idéalement, si l’on suit le rythme 16h-8h, vous pouvez calculer vos heures de repas facilement. Disons que si vous mangez votre premier repas à 8h du matin, vous devriez prendre votre dernier repas à 16h au plus tard.

Le jeûne thérapie naturelle pour la mémoire et la dépression

Les bienfaits du jeûne intermittent

En 1945, des chercheurs de l’Université de Chicago ont révélé que manger un jour sur deux permettait de vivre plus longtemps et de réduire les maladies, en comparaison à une alimentation quotidienne. En 2003, l’Institut National a cherché comment le jeûne pouvait avoir des effets positifs sur l’insuline et le niveau de glucose. Les études ont publié que le niveau d’insuline et de glucose dans le sang était plus bas chez ceux qui respectaient un rythme intermittent de jeûne, ce qui voudrait dire que le jeûne intermittent pourrait être un allié pour réduire les risques de diabète.

D’autres études ont montré que le jeûne intermittent pouvait présenter de nombreux autres bénéfices, dont :

Bénéfices physiques :

  • Régulation du poids et de la satiété
  • Réduction de la faim
  • Réduction des risques d’accident cardio-vasculaire
  • Amélioration de la motricité
  • Réduction du risque de maladie de Parkinson
  • Régulation du taux de triglycérides
  • Réduction de l’inflammation
  • Réduction des radicaux libres
  • Augmentation de l’hormone de croissance humaine (HGH)
  • Baisse de la mortalité
  • Meilleure longévité
  • Réduction de l’obésité
  • Régulation du taux de mauvais cholestérol dans le sang

Bénéfices mentaux :

  • Amélioration des fonctions cognitives
  • Ralentissement du vieillissement du cerveau
  • Lutte contre le stress oxydatif (vieillissement cellulaire)
  • Amélioration de la mémoire
  • Plus grande clarté d’esprit
  • Meilleure concentration
  • Régulation de l’humeur
  • Réduction de la dépression

Le jeûne intermittent peut être pratiqué par tout le monde : femmes, hommes, jeunes et moins jeunes, personnes ayant des problèmes de santé ou souhaitant simplement garder la forme. Lorsque vous jeûnez, votre corps se met automatiquement en mode nettoyage. C’est comme le bouton ON de votre système de purge, que vous pouvez pratiquer librement et gratuitement.

 

Les bienfaits du jeûne sur le cerveau

Le jeûne therapie naturelle pour la memoire et la depression

 

On nous a longtemps dit que le repas le plus important était le petit déjeuner et qu’on a besoin de manger régulièrement pour être en bonne santé. De plus en plus d’études scientifiques sont pourtant d’accord avec ce vieil adage “moins donne plus” (“less is more” en anglais) lorsqu’il s’agit de fonctions cognitives. On a vu que le jeûne permet de nettoyer l’organisme et les organes en profondeur. Voyons maintenant les effets positifs qu’il peut avoir sur le cerveau.

Mark P. Mattson, chef du laboratoire de Neurosciences à l’Institut National sur le vieillissement à Baltimore et Professeur en Neurologie à l’Université John Hopkins, affirme que de études récentes démontrent que le jeûne ou la restriction périodique de calories pourrait apporter une meilleure santé et nous rendre plus intelligent qu’en prenant nos 3 repas par jour.

“La restriction d’énergie, en particulier le jeûne intermittent – qui représente une réduction du nombre de calories par repas en maintenant des repas réguliers – améliorent tous deux la capacité des cellules nerveuses à faire face au stress. Cela est particulièrement représentatif dans la phase de vieillissement où les cellules nerveuses sont intensément soumises au stress et ont du mal à générer l’énergie nécessaire pour assurer leur fonction”, dit Mark P. Mattson.

Les cellules nerveuses sont également sujettes au stress oxydatif, dégât causé par les radicaux libres, qui sont les molécules responsables du vieillissement et touchant directement nos cellules. On sait maintenant que les antioxydants, que l’on trouve dans de nombreuses plantes dont le thé vert, peuvent protéger les cellules et ralentir le processus de vieillissement, mais ne serait pas l’unique moyen. Le jeûne intermittent pourrait de la même manière aider les cellules à lutter contre les radicaux libres. Cette théorie pourrait être contre-intuitive : comment se fait-il que le corps soit plus performant en réduisant son alimentation plutôt qu’en le nourrissant ?

Mattson et son équipe répondent avec une vision évolutionniste : “Nos ancêtres et de nombreuses espèces animales dans leur environnement normal devaient s’adapter à la quantité de nourriture qu’ils trouvaient, et donc à des ressources relativement limitées. Pour un carnivore, il n’était pas évident de trouver une proie chaque jour. Il était donc normal de ne pas manger pendant un ou deux jours, voire plus. Cela serait très gênant pour un chasseur de manquer d’énergie alors qu’il doit se mettre à la recherche de nourriture pour survivre”. Par conséquent, Mattson affirme que le cerveau humain a évolué pour résister à des périodes de jeûne tout en conservant un haut niveau de fonctionnement cérébral. Ses expérimentations ont également démontré que le jeûne pouvait prévenir la maladie d’Alzheimer et de Parkinson.

Le jeûne, thérapie naturelle pour la mémoire et la dépression

Le jeûne thérapie naturelle pour la mémoire et la dépression

1. Le jeûne, thérapie naturelle pour la mémoire

La croissance miracle pour votre cerveau

En période de restriction, le cerveau augmente la production du facteur neurotrophique dérivé du cerveau (BDNF en anglais : “brain-derived neurotrophic factor”), une protéine qui favorise le développement de nouvelles cellules cérébrales. Des études ont montré que ce facteur joue un rôle critique dans l’apprentissage et la mémoire et que les niveaux déclinent dans le cerveau humain en phase de vieillissement. La stimulation provoquée par le jeûne permettrait de piéger le cerveau, le faisant croire qu’il est plus jeune. Cette protéine joue un rôle essentiel dans la neuroplasticité, qui permet au cerveau d’évoluer, d’être plus résistant au stress et de s’adapter plus facilement au changement. Le BDNF crée de nouvelles cellules cérébrales, les protège, stimule de nouvelles connexions synaptiques et booste la mémoire, améliore l’humeur et l’apprentissage [Voir étude].

La création de nouvelle cellules cérébrales

En créant de nouvelles cellules cérébrales, vous améliorez les capacités de votre cerveau. Le Pr. Mattson parle d’une augmentation du taux de neurogenesis dans le cerveau, qui correspond à la croissance et au développement de nouvelles cellules cérébrales et de tissus nerveux et entraînerait une amélioration des performances cérébrales, de la mémoire, de l’humeur et de la concentrationUne étude en particulier faite sur la base d’un jeûne intermittent au rythme 16h-8h a démontré la stimulation de production de nouvelles cellules cérébrales.

Un boost d’énergie

Le jeûne intermittent permettrait de booster la biogenèse mitochondriale, la création de nouvelle mitochondrie. Pour simplifier, la mitochondrie représente de puissantes batteries pour les cellules. Chaque cellule est remplie de centaines de mitochondries qui donnent de l’énergie aux cellules pour travailler. Leur rôle est de transformer la nourriture en énergie. La mitochondrie aide le cerveau à avoir plus de puissance. [Etude 1] [Etude 2]

2. Le jeûne, thérapie naturelle pour la dépression

Le jeûne thérapie naturelle pour la mémoire et la dépression

La création d’endorphines

Si le jeûne peut agir directement sur le cerveau, il serait alors capable de lutter contre la dépression et d’en soulager les symptômes. Après quelques jours de jeûne, le cerveau libère un taux élevé d’endorphines (hormones du plaisir) et on note un bien-être notable, même chez les personnes souffrant de dépression légère ou modérée.

Alimentation et dépression

Des chercheurs ont montré que la flore intestinale a une grande influence sur l’humeur. Une alimentation saine peut donc prévenir les maladies mentales et soulager certains troubles. Grâce à une alimentation réduite, l’équilibre interne se rétablit. Par ailleurs, il arrive que les problèmes de poids soient à l’origine d’une dépression légère. C’est ainsi que le jeûne peut agir contre les troubles alimentaires en rétablissant des bonnes habitudes et en instaurant un meilleur rythme alimentaire durable, tout en ayant comme effet dans la plupart des cas une perte de poids. Avoir la ligne permet alors d’avoir une meilleure image de soi, agissant directement sur l’estime de soi, facteur important dans le développement de la dépression.

Le jeûne, une alternative aux anti-dépresseurs ?

De nombreux sujets dépressifs sont réfractaires à la prise d’anti-dépresseurs. De récentes études scientifiques ont été menées afin de trouver des soins alternatifs et ont montré que la restriction calorique à court terme pouvait induire une efficacité antidépressive dans la dépression, offrant une nouvelle voie de traitement.

D’après une étude de 2013 conduite par le Journal of Nutrition Health Aging, le jeûne intermittent serait capable d’agir sur l’humeur. Voici comment s’est déroulée cette étude et ce qu’elle en a conclu :

Sujets : 32 hommes âgés de 55 à 65 ans

On a séparés les sujets en 2 groupes :

  • Groupe de contrôle (aucun changement de style de vie)
  • Groupe Jeûne Intermittent

Les sujets ont passé 2 tests d’évaluation pour mesurer leur humeur et leur état de dépression actuel à la semaine 6 puis à la semaine 12.

31 sujets ont terminé l’étude. Voici les résultats :

Les sujets ayant suivi 3 mois de jeûne intermittent ont noté qu’il étaient moins colériques, moins tendus, moins confus, avec moins de perturbations d’humeur et ont noté une nette amélioration de la vigueur par rapport au groupe de contrôle.

Mon expérience du jeûne intermittent

Mes habitudes

Pendant des années, j’ai pratiqué le jeûne intermittent inconsciemment, sans savoir que je pratiquais le jeûne et sans connaître ses bienfaits. C’est à dire que je mangeais mon dernier repas vers 20h et je ne mangeais pas avant midi. J’ai pris l’habitude de ne pas prendre de vrai petit déjeuner non par volonté, mais parce que je n’ai jamais eu grand appétit le matin au réveil. Ou le plus souvent, je mangeais uniquement une pomme avant de déjeuner vers 13h ou 14h. A vrai dire, je ne sais pas vraiment si c’est à force de ne pas manger le matin que j’ai naturellement régulé ma sensation de faim matinale ou si je n’ai jamais eu faim le matin. Je me souviens que je ne prenais pas de petit déjeuner lorsque j’étais enfant, et que je prenais juste un encas à la récréation de 10h. Et cette habitude m’est restée. Cependant, il m’est souvent arrivé de manger le matin, même si je n’avais pas faim, surtout en communauté ou avec des amis, pour m’adapter à une certaine norme sociale. Mais j’ai aujourd’hui plutôt tendance à écouter mon corps et à manger seulement lorsque j’ai faim.

Les bienfaits sur ma santé

Depuis quelques années, très régulièrement, je ne mange qu’une pomme ou ne bois qu’un jus de fruit frais (fraîchement extrait à froid avec des fruits frais grâce à mon extracteur de jus). Et je comprends seulement aujourd’hui que cette pratique saine, bien que non consciente, a été la cause de mon état de santé. J’ai en effet remarqué que depuis au moins 6 ans, je ne suis pas tombée malade, alors que j’étais une enfant et adolescente sensible au temps. A chaque changement de saison, c’est-à-dire au moins 2 fois par an, j’attrapais un rhume ou une rhinopharyngite.

Par ailleurs, j’ai également noté une stabilité dans mon poids. Même si je n’ai pas un tempérament à grossir, depuis que je suis le jeûne intermittent régulièrement, je peux manger à ma faim, en faisant des écarts de temps en temps, sans prendre un gramme, ce qui ne m’arrivait pas avant. Aujourd’hui, mon corps se régule naturellement, sans que l’alimentation soit une obsession, ce qui est très appréciable, surtout depuis que je vis en Italie, où la nourriture est exquise !

A noter :

Tous ces conseils ne peuvent remplacer un traitement médical. Il est fortement recommandé d’être suivi par un médecin spécialisé si vous souhaitez entreprendre une telle démarche. Un séjour dans une clinique de jeûne est conseillé si vous êtes sujet à la dépression.

 


Merci d’avoir lu notre article, j’espère qu’il vous a aidé !

Aidez-nous à toucher un maximum de personnes en partageant l’article sur les médias sociaux ! N’oubliez pas qu’un seul geste peut encourager et changer la vie de quelqu’un autour de vous.


Source:

 

 

Partager l'article
  •  
    3
    Partages
  • 3
  •  
  •  
  •   
  •   

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez gratuitement votre cadeau de bienvenue : le guide "Trouver sa voie avec son cerveau droit : 7 questions qui ont changé ma vie".