Love yourself
Connaissance de soi,  Livres qui changent la vie

Les 9 causes d’une mauvaise opinion de soi

L’opinion de soi est capitale car elle est à l’origine de nos croyances et c’est elle qui dirige notre vie. Les gens ont une opinion peu conforme à leurs véritables talents et capacités et développent ainsi une vision déformée de la réalité. Pourquoi tant de personnes ont-elles une si mauvaise opinion d’elles-mêmes ? Quelles en sont les causes ? Voici les 9 causes d’une mauvaise opinion de soi, selon Zig Ziglar, énoncées dans son livre Rendez-vous au sommet.

Rendez-vous au sommet, Zig Ziglar

 

1. La société négative

La concentration sur le négatif plutôt que sur le positif

La première cause d’une mauvaise opinion de soi est que nous vivons dans une société négative et nous sommes entourés d’individus négatifs. Nous sommes bombardés et manipulés par les nouvelles quotidiennes négatives. La météo transmet que les probabilités de pluie sont de 20% et que la journée sera nuageuse. Pourquoi ne parle-t-on pas des probabilités de soleil qui seraient de 80% et qu’il y a donc de fortes chances qu’il fasse beau ? Si vous demandez à quelqu’un comment il va, il répondra souvent : “Pas trop mal” ou “Comme un lundi” ou “bien car c’est vendredi”.

L’attitude pessimiste

Dans cette négativité ambiante et permanente, nous sommes devenus pessimistes. Au bureau, on arrive en disant : “jamais je n’aurai terminé ce boulot aujourd’hui”. Un enfant rentre de l’école et dit : “Papa, je crains d’avoir échoué mon examen de maths”. Les adultes montrent l’exemple aux jeunes, qui imitent leurs parents. Et la négativité se perpétue de génération en génération.

2. Le regard négatif des autres sur vous

Nous nous voyons avec le regard négatif des autres

La deuxième cause d’une mauvaise opinion de soi est que nos parents, professeurs et amis qui ont une certaine autorité sur nous ont continuellement mis en cause nos capacités et notre intelligence. Des paroles en apparence anodines, infligées sous forme d’insinuations ou d’allusions sont aussi vraies et dévastatrices que si elles étaient énoncées clairement. Une remarque innocente nous amène à nous percevoir de façon négative, et aggravera encore davantage nos blessures réelles ou imaginaires. Nous nous voyons et nous identifions avec le regard négatif des autres. Mais leurs croyances leur appartiennent et ce qu’ils disent n’est pas l’image véritable du véritable vous. Vous n’êtes pas obligé de les croire après tout. Si vous choisissez de croire ce qu’on vous dit, soyez bien conscient que c’est votre choix et votre responsabilité, et non celle des autres.

“Que vous pensiez être capable ou ne pas être capable, dans les deux cas, vous avez raison.”

Henry Ford

Attention aux affirmations exagérées ou exprimées à la légère

Les affirmations exagérées ou exprimées à la légère envers un enfant sont néfastes et dangereuses. Quand un petit garçon casse quelque chose et que l’un de ses parents crie : “Mon Dieu, tu es le garçon le plus maladroit que j’aie jamais vu !”, quel fardeau à porter pour un enfant ! Ce genre de réflexions échappe malheureusement à beaucoup de gens, dans le cadre du travail, d’une relation de couple ou d’amitié. Les remontrances les plus dévastatrices sont celles qui font d’une action isolée une généralité. Elles sous-entendent qu’une personne est fondamentalement mauvaise et non qu’elle est une personne qui fait parfois les choses de la mauvaise façon. Or il y a une énorme différence entre quelqu’un de mauvais et quelqu’un qui fait quelque chose de mal occasionnellement.

Les conséquences sur l’amour de soi

La conséquence d’une telle attitude est qu’un enfant pense souvent qu’il est laid ou repoussant et qu’il ne mérite l’amour de personne. Comme dans son esprit il ne mérite pas l’amour des autres, il en déduit que si les autres ne peuvent pas l’aimer, il ne peut pas ou ne devrait pas s’aimer lui-même. Une opinion négative de soi, plus communément appelée “complexe d’infériorité” persiste souvent jusqu’à l’âge adulte et sera aggravée par les commentaires d’un conjoint négatif ou d’une société négative.

Des exemples de commentaires à éviter

  • Un parent sage ne complimentera pas un autre enfant sur son apparence en présence du sien. Cela peut faire croire à l’enfant que le parent attache une grande importance à l’attrait physique. L’enfant en conclut que ses parents trouve l’autre enfant plus joli, plus intelligent que lui et cela tend à lui inspirer un complexe d’infériorité.
  • Un mari sage ne fera jamais de commentaires favorables sur la beauté d’une autre femme en présence de la sienne. Sa femme pourrait croire qu’il trouve l’autre femme plus attirante qu’elle. Cela peut générer des conflits inutiles.
  • Des commentaires comme “Tu es toujours en retard” ou “Tu fais toujours tout de travers”, “Tu n’es jamais capable de réussir un bon plat” n’aident pas à établir une relation de confiance et d’amour.
  • Il y a une différence entre “Je suis un raté” ou “un bon à rien” et “Je n’ai pas obtenu un emploi” ou “Je n’ai pas reçu d’augmentation”.

3. La confusion entre l’échec d’un projet et l’échec de l’existence

La troisième cause d’une mauvaise opinion de soi est que nous associons l’échec d’un projet avec l’échec de notre vie. Un enfant qui rate un examen à l’école ou qui n’obtient pas une bonne note commet l’erreur d’identifier un échec unique avec l’échec de son existence, et cela en partie à cause des parents et des enseignants. Au lieu de complimenter ses efforts, ils mettent le doigt sur ses failles et ses incapacités. Une fois sur la pente d’une mauvaise opinion de soi, nous avons tendance à développer un complexe d’infériorité.

4. Une mauvaise mémoire

La mémoire ne fait pas votre valeur…

La quatrième cause d’une mauvaise opinion de soi est que les gens se reprochent souvent de ne pouvoir se rappeler tout ce qu’ils ont entendu ou appris. Le fait d’avoir une mauvaise mémoire influence la croyance que l’on a de nous-même. Notre société et notre système éducatif valorise la connaissance. Il suffit de voir tout ce qu’on a dû apprendre par coeur à l’école. Nous étions donc surtout notés sur notre capacité à mémoriser, plus que sur celle à raisonner et réfléchir. Or, une mémoire parfaite n’est pas le signe d’un grand esprit, pas plus qu’un dictionnaire épais est une grande oeuvre littéraire. Qui plus est, la personne qui ne peut se souvenir de tout est bien plus heureuse que celle qui est incapable d’oublier.

… mais elle est bien utile et peut être développée

Une bonne ou une mauvaise mémoire n’existe pas : elle est développée ou elle ne l’est pas. Il vous appartient de la développer ou non. Je me suis moi-même beaucoup intéressée à la mémoire. J’ai lu de nombreux livres et ai suivi plusieurs formations pour améliorer ma mémoire. Le cerveau est extraordinaire, ses capacités sont illimitées. Il suffit de connaître les techniques pour utiliser de manière plus optimale l’information. Zig Ziglar conseille la lecture du livre The Memory book (Le livre de la mémoire), de Jerry Lucas et Harry Lorayne.

5. La comparaison avec les expériences des autres

Soyez juste envers vous-même

La cinquième cause d’une mauvaise opinion de soi est que nous commettons trop souvent l’erreur de comparer notre expérience avec celle de quelqu’un d’autre. Nous exagérons et valorisons la sienne et diminuons et sous-estimons la nôtre. L’expérience n’a rien à voir avec les capacités, même si elle peut améliorer nos compétences, mais cela est encore autre chose.

Aucune expérience n’est comparable

Trois millions d’Australiens peuvent faire quelque chose que la plupart sont incapables de faire : ils peuvent conduire à gauche. Par contre, si vous savez conduire, vous pouvez faire quelque chose que trois millions d’Australiens sont incapables de faire : vous pouvez conduire à droite. Cela ne signifie pas qu’un groupe est plus intelligent que l’autre. Cela veut tout simplement dire que l’expérience de chaque groupe est différente.

Il y a de bonnes chances que vous soyez impressionné par une personne qui sait parler plusieurs langues couramment. Vous pensez certainement qu’elle est remarquable. Il est fort possible que cette même personne soit incapable de faire votre travail ou qu’elle n’y réussisse pas aussi bien que vous. Il y a aussi d’excellentes chances que si vous appreniez les techniques les plus efficaces pour apprendre les langues et passiez les quinze prochaines années dans plusieurs pays étrangers, vous deveniez vous aussi polyglotte.

Concentrez-vous sur vos talents uniques

Le plus ironique est que bien des gens dont nous admirons les capacités et réussites nous admirent pour les mêmes raisons. Vous l’ignorez sans doute, et peut-être qu’ils ne vous le diront jamais. Vous avez, vous aussi, une compétence, un talent, une aptitude ou une expérience unique. Vous devez comprendre qu’une expérience différente n’est pas un signe d’infériorité par rapport à une autre personne.

Au lieu de vous sentir inférieur parce qu’une autre personne peut faire ce qui vous est impossible, vous devriez vous concentrer sur les choses que vous pouvez faire et que d’autres ne peuvent pas faire. Admirez les capacités des autres pour vous enrichir et vous inspirer, et rappelez-vous que vous pouvez améliorer les vôtres en y mettant le temps et les efforts nécessaires. L’expérience fait souvent toute la différence.

6. La comparaison de vos défauts avec les qualités des autres

Faites l’inventaire de vos qualités

La sixième cause d’une mauvaise opinion de soi est que nous voyons davantage nos défauts que nos qualités. Si c’est votre cas, vos défauts prendront de plus en plus de place dans votre vie, et votre expérience de vie sera à l’image de cette conviction. Une femme comparait ses défauts avec les qualités des autres et se retrouva assistée sociale et femme de ménage à trente-huit ans. Elle lut alors The magic of believing (La magie de croire) de Claude M. Bristol. Elle se mit à croire en elle-même et fit l’inventaire de ses qualités. L’une de celles-ci était de savoir faire rire les autres. Depuis lors, bien qu’elle ne soit pas très belle, cette femme gagnait jusqu’à un million de dollars chaque année. J’ai également lu ce livre qui fait partie de mes références sur le sujet, et je vous le recommande.

Utilisez vos talents, ou vous les perdrez

Vous rappelez-vous la parabole des talents dans la Bible ? Un homme avait un talent, un second en avait deux et un autre cinq. Le Seigneur partit dans un pays lointain. À son retour, il demanda à celui qui avait cinq talents ce qu’il en avait fait. L’homme répondit qu’il avait pris ses cinq talents, qu’il les avait fait fructifier et qu’il en avait maintenant dix. Le seigneur répondit : “C’est bien. Tu es un bon et fidèle serviteur et parce que tu as bien utilisé ce que tu avais, je te donnerai d’autres talents.” Celui qui avait reçu deux talents avait lui aussi fait fructifier ses talents et les avait multipliés. Puis le Seigneur se tourna vers celui qui avait reçu un seul talent et lui demanda ce qu’il en avait fait. L’homme répondit : “Seigneur, tu ne m’as confié qu’un talent, alors que tu en as donné davantage aux autres. Je sais que tu es un maître dur et cruel et que tu récoltes là où tu n’as pas semé. J’ai donc pris mon talent et je l’ai enterré.”

Alors le Seigneur dit : “Tu es un serviteur méchant et paresseux.” Dans toute la Bible, Jésus-Christ n’est pas aussi dur envers quiconque, il s’attend donc à ce que nous utilisions nos talents. Il prit donc l’unique talent et le donna à celui qui en avait dix. Et depuis ce temps, les pleurnicheurs de la terre répètent que les riches s’enrichissent et les pauvres s’appauvrissent. La Bible dit : “À celui qui possède, il sera donné davantage.” La leçon est claire : prenez ce que vous avez et utilisez-le, et votre talent s’accroîtra, ce qui vous apportera bien d’autres avantages.

7. Le perfectionnisme

Fixez-vous des objectifs atteignables

La septième cause d’une mauvaise opinion de soi est le fait d’établir des niveaux de perfection qui ne sont pas réalistes et ne peuvent être atteints. Ceux qui font cela se mettent en condition d’échec, ce qui viendra confirmer la croyance qu’ils ont déjà qu’ils ne sont pas capables.

L’échec n’affecte pas votre valeur intrinsèque

Les perfectionnistes n’acceptent pas l’échec, qui représente une preuve tangible qu’ils ne valent rien. Ils s’identifient à leur échec et font dépendre leur valeur intrinsèque avec ce qu’ils sont capables ou pas de réaliser. Ils croient qu’ils doivent être les meilleurs. S’ils échouent, ils ne peuvent qu’être les pires. Cette conception de l’échec affecte tous les domaines de la vie et peut être une cause de mécontentements au travail,  de discordes, de problèmes familiaux, etc. Pour eux, tout se mesure en termes de mérite. Si quelqu’un pense être le “pire”, il ne peut certes pas croire qu’il mérite une bonne situation, une bonne relation conjugale, ou quoi que ce soit de valable ou de méritoire.

8. La croyance que l’homme est d’origine animale

Og Mandino, dans son livre The Greatest Miracle in the world (Le plus grand miracle du monde), note deux autres causes d’une mauvaise opinion de soi. En premier lieu, la théorie darwinienne de l’évolution selon laquelle l’homme n’est pas d’origine divine mais animale a infligé une sérieuse blessure à l’amour-propre de l’homme. Ainsi, si l’on croit en effet que l’homme descend du singe, il n’est pas étonnant que l’on ait une estime de soi limitée.

9. La croyance que vous n’êtes pas responsables

Og Mandino évoque une deuxième cause supplémentaire d’une mauvaise opinion de soi. Il l’attribue à Sigmund Freud qui fournit une excuse pour le boitement du perdant en disant que nos pensées et nos actes trouvent leur source dans des expériences de notre enfance. Profondément enfouies dans notre subconscient, nous ne pouvons ni les contrôler, ni les comprendre. Si nous sommes incapables de voir en nous qui nous sommes vraiment et que nous ne pouvons pas agir sur cette partie obscure, comment peut-on trouver la force de croire en soi et de prendre la responsabilité de notre vie ? Darwin reconnut en Dieu l’architecte de l’univers et on peut douter de certaines des conclusions de Freud. Einstein disait qu‘il faut au moins onze corrections pour neutraliser un renseignement erroné. Dit autrement, il faut un certain nombre de “dépôts positifs” pour enterrer les dépôts de “pensée rebut”.

 

Quand toutes les raisons d’avoir une mauvaise opinion sont réunies, il est normal que tant de gens soient atteints de cette maladie courante, contagieuse et déformante. Elle n’est cependant pas incurable. Ce blog a justement pour vocation de vous soigner de l’ignorance et de vous donner les clés pour commencer à reprendre votre vie en main et vous mener vers votre réussite. Avant de s’attaquer à un problème, il est nécessaire d’avoir conscience que le problème existe et d’en connaître la nature.  Identifier un problème, lui faire face, c’est le résoudre en partie.

Et vous, avez-vous une mauvaise opinion de vous-même ou faites-vous un complexe d’infériorité ? Ne faites pas comme les autres, faites le choix des rêveurs audacieux qui transforment leur vie avec les dons qui leur ont été donnés. Il vous appartient de les trouver et de les partager avec le monde.

J’espère que cet article vous inspirera à trouver vos talents, ce qu’il y a de plus important pour vous, à suivre votre propre voie et à réaliser votre objectif de vie. Merci de le partager sur les réseaux sociaux si vous pensez qu’il peut encourager ou inspirer quelqu’un. N’oubliez pas que l’action d’une seule personne peut faire la différence.

Partager l'article
  •  
    5
    Partages
  • 5
  •  
  •  
  •   
  •   

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez gratuitement votre cadeau de bienvenue : le guide "Trouver sa voie avec son cerveau droit : 7 questions qui ont changé ma vie".